PRONOSTIC PMU QUINTE DU JOUR

COMMENT choisir Pronostic du jour?

Suivez attentivement ce tutoriel préparé pour aider les abonnés turfgeny à faire le choix du pari.
Un bon pronostic PMU comme défini dans le tutoriel des pronostics pmu, est choisi sur la base de sa rentabilité du jour .
P = Perte sur vos supposés jeux antérieurs des pronostics gratuits
B = Bénéfice désiré sur le pronostic du jour
m = nouvelle mise à engager ; M = Cumul des mises m
C = Cote du cheval
R = Rapport du cheval, (selon sa cote)
G = Gain = m.R
La monnaie utilisée est le Franc, mais les calculs sont identiques en €uros.
1) Vous jouez pour la première fois
P = 0
B = 30 € par exemple
C = 10 / 1 PMU
R = 3,1 pour 1 €
Il faut jouer pour obtenir un gain G égal, au moins au bénéfice B désiré, augmenté de la mise m à faire,
soit : G = B + m ; soit m.R = B + m ; soit m.R – m = B ; soit m.(R – 1) = B ; soit m = B / (R – 1)
Avec un cheval donné à 10 / 1 qui rapporte 3,1 placé, en moyenne,
vous devez engager m = 30 / 2,1 = 14,28 € soit 15 €.
Si le cheval est dans les 3 premiers (2 pour les courses de 7 partants ou moins, attention !),
il vous rapporte G = 15 x 3,1 = 46,5 €.
Bénéfice B = G – m = 46,5 – 15 = 31,5 €.
Vous avez rempli votre objectif de faire un bénéfice d’au moins 30 €.
2) Si vous avez perdu, vous jouez pour la seconde fois
Vous en êtes à perte P = 15 €
Votre choix suivant se porte sur un cheval à 6 /1 PMU qui devrait vous rapporter en moyenne 2,3 € / 1 €.
Il vous faut récupérer votre perte et l’inclure dans le calcul qui devient :
m.R = B + m + P ; soit m.R – m = B + P ; soit m = (B + P) / (R – 1)
vous devez engager m = (30 + 15) / 1,3 = 34,61 € soit 35 €
Si le cheval est placé, il vous rapporte G = 35 x 2,3 = 80,5 €.
Bénéfice B = G – m – P = 80,5 – 35 – 15 = 30,5 €.
Vous avez là encore rempli votre objectif d’obtenir un bénéfice de 30 € (à 1 € près)
3) Calcul de rentabilité
Dans le 1er cas, vous avez un bénéfice B de 200 € pour un montant total engagé de M = 100 F
La rentabilité du pronostic pmu est donc de B / M = 200 / 100 = 200 %.
Dans le 2è cas, elle est de 199 € / (100 + 230) = 199 / 330 = 60 %
60 % en 60 minutes environ, le temps de 2 courses, c’est mieux que ce que pourrait vous proposer n’importe
quel investisseur, n’est-ce pas ?
© Thieffine Lionel – Février 2004 – Jamais 2 sans 3 – Reproduction interdite Page 434
4) Choix de la rentabilité
Vous voyez que si le bénéfice reste constant, plusieurs pertes successives feront descendre rapidement la
rentabilité. Il faut donc à nouveau aménager les formules pour fixer celle-ci. Je vous propose de décider du
bénéfice B en fonction des pertes P.
Par exemple : B = 150 % de P soit B =1,5 P
Cela signifie donc, pour cet exemple, que vous voulez avoir finalement plus de bénéfice B que vous avez de
pertes en cours P.
Dans le cas N° 2, P = 15 € ; m = 2,3 / 1F ; cela s’exprime par :
m.R = B + m + P ; soit m.R = 1,5 P + m + P = m + 2,5 P ; soit : m = 2,5 P / (R – 1)
vous devez donc engager m = (2,5 x 15) / 1,3 = 28,88 € soit 29 € (vous pouvez majorer à 30 €)
Si le cheval est placé, il vous rapporte G = 29 x 2,3 = 66,7 €.
pour un Bénéfice B = G – m – P = 66,7 – 29 -15 = 22,7 €.
Vous avez rempli votre objectif de gagner avec un bénéfice B = 22,7 / 15 = 151 % de P très voisin des 150 %
décidés, et que vous auriez encore amélioré en majorant la mise à 30 € :
B = G – m – P = 69 – 30 – 15 = 24 €, soit 160 % de P.
5) Tenir la méthode et ne jamais s’en écarter.
Avertissement : Après plus de 2 ans de recherche, et d’innombrables tests, turfgeny vous garantir que vous
perdrez en quelques jeux, tout ce que vous avez mis des semaines à gagner si vous vous écartez de la méthode.
Imaginons que vous ayez encore perdu, ça arrivera souvent !
Vous en êtes à P = 15 + 29 = 44 €, vous voulez toujours B = 150 % de P avec un cheval à 8 / 1 PMU sensé vous
rapporter 2,7 € / 1 €.
Vous devez donc miser m = (2,5 x 44) / 1,7 = 64,7 soit 65 €.
Si votre cheval est à l’arrivée, vous faites G = 65 x 2,7 = 175,5 € pour un bénéfice B = 175,5 – 44 – 65 = 66,5 €
soit 66,5 / 44 = 151 % de P – Objectif atteint !
Attention, dans les Tiercés, quartés, quintés, les rapports sont souvent un peu supérieurs à mes estimations.
Cela donne d’agréables surprises. Dans les autres courses, ils sont voisins, et parfois un peu plus faibles. En
choisissant une rentabilité moyenne, le risque de perdre de l’argent diminue.
6) Avantages de la méthode
Chaque fois que votre pronostic fait l’arrivée et que vous gagnez, vous récupérerez vos pertes antérieures et la dernière mise engagée en faisant un
bénéfice proportionnel aux pertes et décidé avant de jouer.
Vos gains augmentent avec vos pertes : cela peut s’appeler « JOUER A QUI PERD GAGNE ».
Cette méthode peut s’appliquer à n’importe quel critère, cheval, jockey ou driver, pronostique d’un journal,
numéro, corde, cote, … etc. Les résultats ne dépendent pas de caractéristiques physiques et ne sont en
rien influencés par les critères hippiques.
Rappel : La simulation des courses par informatique et l’analyse par la Loi E donnent les mêmes conclusions que
pour les courses réelles.
OUI ! On peut donc jouer aux courses sans chevaux !
© Thieffine Lionel – Février 2004 – Jamais 2 sans 3 – Reproduction interdite Page 435
7) Inconvénients de la méthode
Pour gagner, Il faut connaître les cotes nécessaires aux calculs et jouer en tenant la méthode.
Elle s’adresse donc à ceux qui jouent au « course par course » en direct, de chez eux, sur l’hippodrome, ou dans les
points courses. Les cotes PMH sont indiquées jusqu’au départ de la course. Mais les cotes probables données par
les spécialistes, journaux ou sites Web, peuvent aussi être de bonnes indications pour faire votre jeu à l’avance, le
matin, dans les PMU, en suivant un critère choisi selon votre bon vouloir.
A ce jour, le PMU permet le pari sur Internet
Les pertes peuvent augmenter très vite.
Si le critère que vous avez retenu pour pronostiquer tombe sur un grand favori, les rapports seront moindres, et la mise à
engager pour avoir du bénéfice sera alors très importante, même si vous décidez d’une faible rentabilité, 10 % par
exemple. Il faut donc savoir mesurer le risque, et parfois attendre que le choix corresponde à un cheval plus coté.
Il faut savoir s’arrêter.
La Loi E indique bien les limites à respecter pour le pronostic pmu, notamment la réussite des petits écarts E1, E2 et E3, E4 au grand
maximum. Si le gain n’est pas là, mieux vaut attendre et rejouer plus tard.
8) Conseils
Pour cette méthode, ne choisissez pas les premiers favoris. Ils sont souvent là, d’accord, mais quand ils ne sortent
plus, les mises deviennent tout de suite énormes, et rien ne vous garantit qu’ils feront la prochaine arrivée.
Prenez plutôt les 4è ou 5è de votre pronostique préféré, des listes types ou des synthèses de la presse. Ils sont
souvent placés, à cotes moyennes et avec des rapports satisfaisants.
Evidemment, TOUT DEPEND DE VOTRE BUDGET, mais, arrêtez-vous si vous perdez 4 fois de suite.
Lorsque ça ne gagne pas, c’est que votre « base de jeu » entre dans une période d’incertitude : Elle est morte !
Mes études montrent que la répétitivité des résultats est fréquente, il vaut donc mieux éviter de se faire piéger par
ces périodes de « latence », parfois longues (le gain est toujours possible mais ne se réalise pas), et reprendre la
méthode, là où on l’a stoppée, dès que le critère choisi se « manifeste » à nouveau. On rejoue encore 3 / 4 fois, …
etc. etc. …
Attention quand même, des périodes de « latence » peuvent se produire également plusieurs fois de suite. MAIS,
les périodes « manifestations » sont plus nombreuses et plus régulières, SACHEZ PATIENTER !
Commencez par de petites mises. Les petits rapports fréquents vous encourageront et feront progresser votre
cagnotte. Vous pourrez faire monter les mises sans problèmes.
Une grosse mise d’un seul coup, en vous disant :
« Cette fois, ça sort ! » vous fera tout perdre à tous les coups.
Ce n’est que la Loi E qui peut permettre de tenter ce genre de risque et dans des conditions très précises rappelez
vous du numéro 14 à 50 contre 1 et mes 1500 € de gains utilisés comme exemple dans un chapitre précédent.
© Thieffine Lionel – Février 2004 – Jamais 2 sans 3 – Reproduction interdite Page 436
9) Astuces
Suivez les JAMAIS 2 SANS 3.
Place du cheval à l’arrivée de ses courses précédentes, numéros, … Tout s’y prête.
Même si les résultats, que vous pourrez vérifier par vous-même, ne se montrent pas de manière évidente, à
priori, cette répétitivité est majoritaire sur toutes les autres combinaisons (mathématiquement et concrètement
parlant).
La Loi des Ecarts, apporte des éléments irréfutables sur cette propriété des événements en général.
Elle permet d’en faire le calcul à partir de caractéristiques définissant la série d’événements étudiée.
10) Données nécessaires



PRONOSTIC PMU QUINTE DU JOUR
















47487total visits,3visits today

Related posts

Leave a Comment